Finale de la CAN : le Rassemblement national veut interdire les drapeaux étrangers à Toulouse

Quentin Lamotte, candidat du Rassemblement national aux municipales de l’an prochain, à Toulouse, a écrit au maire, Jean-Luc Moudenc, pour lui demander de prendre des mesures de prévention contre de possibles débordements, vendredi soir, à l’occasion de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations.

La perspective, vendredi soir, de la finale de la Coupe d’Afrique des nations, et d’une possible victoire de l’Algérie avec les manifestations de joie qui vont avec, inquiète beaucoup le Rassemblent national qui ne veut pas que Toulouse connaisse à nouveau des incidents, comme cela a été le cas après les quarts et les demi-finales.

Quentin Lamotte, conseiller régional et candidat désigné pour les municipales de l’an prochain, a donc décidé de prendre sa plume pour écrire au maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc et lui demander des mesures préventives pour que l’ordre et la sécurité soient respectés. « Depuis jeudi dernier, notre ville est le théâtre de nombreux actes d’incivilité et de vandalisme, écrit Quentin Lamotte. Dès la fin du match Côte d’Ivoire-Algérie, de nombreux débordements ont eu lieu à Toulouse : rodéos urbains, blocages de la circulation, dégradations de mobilier urbain, agressions des forces de l’ordre par des tirs de mortiers dans le quartier du Mirail. Ces faits se sont à nouveau produits dimanche dernier lors de notre fête nationale durant laquelle des actes d’une rare violence se sont déroulés dans plusieurs villes de France. Ce qui devait être une célébration sportive s’est transformé en de véritables émeutes urbaines. Il est à craindre que, vendredi pour la finale, les mêmes actes se déroulent une nouvelle fois », explique l’élu régional, qui propose au maire de prendre un arrêté municipal interdisant l’usage ostentatoire de drapeaux étrangers en centre-ville.

« Cette mesure a déjà été appliquée avec succès en 2014 par la mairie de Nice pour prévenir les débordements liés aux matchs de l’équipe algérienne lors la Coupe du monde », renchérit Quentin Lamotte. Un tel arrêté permettrait selon lui, aux forces de sécurité, « de préserver l’ordre et la tranquillité publique à Toulouse » en filtrant et en empêchant les attroupements dans les zones sensibles du centre-ville comme le Capitole, Arnaud Bernard, Jeanne d’Arc et Jean Jaurès.

Et Quentin Lamotte de conclure : « Je vous demande d’agir en prenant les dispositions nécessaires d’ici vendredi ». Ou comment instrumentaliser à des fins politiques, comme il le reproche aux supporters algériens, une simple rencontre de football…

Article rédigé par Gilles Soullies pour La Dépêche Du Midi du 17 juillet 2019