Quentin Lamotte « nous voulons plus de bio dans les cantines scolaires »

Candidat du Rassemblement National pour les élections municipales à Toulouse, le conseiller régional Quentin Lamotte veut améliorer la qualité des repas dans les cantines scolaires et passer le taux du bio dans les établissements à 50%, contre 27% actuellement. Il doit présenter cette mesure et d’autres lors du lancement de sa campagne, prévu dans les semaines à venir.

Discret pour le moment, le candidat du Rassemblement National pour les élections municipales de Toulouse en mars 2020, Quentin Lamotte, prépare néanmoins le lancement de sa campagne. Ainsi, il est prévu aux alentours de la mi-octobre l’annonce du nom de sa liste et la présentation de ses premiers engagements.

« Tout l’été, nous avons travaillé, rencontré des Toulousains et des associations pour connaître les besoins de chacun et commencer à travailler sur des solutions envisageables. La sécurité, l’urbanisme, les transports, la culture et la petite enfance seront les thèmes principaux pour moi. Néanmoins, nous présenterons un programme complet ne se limitant pas à ces quelques thèmes », présente le conseiller régional d’Occitanie, au sein de l’opposition.

Il entend avoir des propositions fortes pour lutter contre l’incivilité à Toulouse qui connaît selon lui, « une explosion ». « Concernant les moyens mis à disposition par la municipalité, on y est, mais il n’y a pas de résultat. Depuis 2014, les viols et les agressions à Toulouse ont augmenté et le trafic de drogue s’est multiplié par quatre », regrette le candidat.

Objectif : 50% de bio dans les cantines scolaires

Par ailleurs, l’élu régional a fait savoir qu’il a été « interpellé » par des parents d’élèves sur la mauvaise qualité de l’alimentation dans les crèches, écoles maternelles et élémentaires de Toulouse. Dès lors, à travers son engagement « Du bio dans nos cantines », Quentin Lamotte veut passer la part du bio dans les établissements scolaires municipaux à 50 %.

« Aujourd’hui, la production des repas pour les crèches est assurée par un prestataire privé et pour les écoles, celle-ci est gérée par la cuisine centrale municipale. L’idée serait donc de réaliser un audit pour évaluer la qualité des repas dans nos cantines, notamment pour connaître la part exacte du bio actuellement et de mettre en place un indicateur afin d’atteindre progressivement cette part de 50% de bio, en limitant aussi le suremballage, le gaspillage et en favorisant le consommer local. L’objectif final est que nos établissements soient labellisés sur cet effort par des organes indépendants comme cela se fait déjà dans d’autres villes de France ».

Pour rappel, d’ici 2022, les cantines scolaires devront afficher 50 % d’achats de produits « sous signe de qualité » et au moins 20 % issus de l’agriculture biologique. Néanmoins, une récente enquête de Médiacités faisait savoir que cette part du bio, de 33% sous la mandature de Pierre Cohen, était redescendue à 27% depuis l’arrivée de Jean-Luc Moudenc au Capitole en 2014.

Intégrer le Capitole

Malgré cette mesure ambitieuse, qui sera suivie d’autres engagements au fil des prochains mois, le candidat RN est réaliste sur ces faibles chances d’être le prochain maire de Toulouse. Pour lui, l’objectif affiché est tout autre.

« Mon but est de faire entrer des conseillers municipaux du Rassemblement National au sein du Capitole, où nous sommes absents aujourd’hui. Les thématiques et les solutions que nous portons, comme sur la sécurité, chère aux Toulousains, sont inaudibles. Nous voulons donc, à travers ce futur mandat, obtenir des avancées concrètes sur plusieurs sujets », annonce Quentin Lamotte.

Dans notre sondage exclusif La Tribune-BVA sorti en mai dernier, une liste du Rassemblement National menée par l’élu régional obtiendrait 9% des voix au 1er tour si La République En Marche soutenait la liste du maire sortant, Jean-Luc Moudenc.

Lire l’intégralité de l’article sur « La Tribune ».

Quentin Lamotte rend hommage aux Harkis

En cette journée nationale d’hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives, j’ai rendu hommage à ceux qui ont fait le choix de la France aux côtés de mon camarade Julien Leonardelli. Passionnément amoureux de notre pays, ils méritent notre reconnaissance et toute leur place dans notre mémoire nationale !

Finale de la CAN : le Rassemblement national veut interdire les drapeaux étrangers à Toulouse

Quentin Lamotte, candidat du Rassemblement national aux municipales de l’an prochain, à Toulouse, a écrit au maire, Jean-Luc Moudenc, pour lui demander de prendre des mesures de prévention contre de possibles débordements, vendredi soir, à l’occasion de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations.

La perspective, vendredi soir, de la finale de la Coupe d’Afrique des nations, et d’une possible victoire de l’Algérie avec les manifestations de joie qui vont avec, inquiète beaucoup le Rassemblent national qui ne veut pas que Toulouse connaisse à nouveau des incidents, comme cela a été le cas après les quarts et les demi-finales.

Quentin Lamotte, conseiller régional et candidat désigné pour les municipales de l’an prochain, a donc décidé de prendre sa plume pour écrire au maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc et lui demander des mesures préventives pour que l’ordre et la sécurité soient respectés. « Depuis jeudi dernier, notre ville est le théâtre de nombreux actes d’incivilité et de vandalisme, écrit Quentin Lamotte. Dès la fin du match Côte d’Ivoire-Algérie, de nombreux débordements ont eu lieu à Toulouse : rodéos urbains, blocages de la circulation, dégradations de mobilier urbain, agressions des forces de l’ordre par des tirs de mortiers dans le quartier du Mirail. Ces faits se sont à nouveau produits dimanche dernier lors de notre fête nationale durant laquelle des actes d’une rare violence se sont déroulés dans plusieurs villes de France. Ce qui devait être une célébration sportive s’est transformé en de véritables émeutes urbaines. Il est à craindre que, vendredi pour la finale, les mêmes actes se déroulent une nouvelle fois », explique l’élu régional, qui propose au maire de prendre un arrêté municipal interdisant l’usage ostentatoire de drapeaux étrangers en centre-ville.

« Cette mesure a déjà été appliquée avec succès en 2014 par la mairie de Nice pour prévenir les débordements liés aux matchs de l’équipe algérienne lors la Coupe du monde », renchérit Quentin Lamotte. Un tel arrêté permettrait selon lui, aux forces de sécurité, « de préserver l’ordre et la tranquillité publique à Toulouse » en filtrant et en empêchant les attroupements dans les zones sensibles du centre-ville comme le Capitole, Arnaud Bernard, Jeanne d’Arc et Jean Jaurès.

Et Quentin Lamotte de conclure : « Je vous demande d’agir en prenant les dispositions nécessaires d’ici vendredi ». Ou comment instrumentaliser à des fins politiques, comme il le reproche aux supporters algériens, une simple rencontre de football…

Article rédigé par Gilles Soullies pour La Dépêche Du Midi du 17 juillet 2019

Finale de la CAN : Quentin Lamotte demande à Jean-Luc Moudenc de prendre un arrêté municipal interdisant l’usage ostentatoire de drapeaux étrangers

Dans une lettre ouverte, Quentin Lamotte, candidat du Rassemblement National aux élections municipales de mars 2020 à Toulouse, a demandé à Jean-Luc Moudenc de prendre un arrêté municipal interdisant l’usage ostentatoire des drapeaux étrangers.

Téléchargez la lettre de Quentin Lamotte à Jean-Luc Moudenc.

Municipales 2020 : Quentin Lamotte annonce sa candidature à la mairie de Toulouse !

Le Rassemblement National, ex Front National, a présenté vendredi 28 juin son candidat pour les élections municipales de mars 2020, à Toulouse. Pour ce scrutin, le conseiller régional d’Occitanie Quentin Lamotte a obtenu l’investiture du parti. Ce dernier a pour objectif d’installer de nouveau des élus au sein du conseil municipal.

Depuis 2001, soit depuis 18 ans, le Rassemblement National (ex Front National) n’a plus de représentant au sein du conseil municipal de Toulouse. Alors, l’objectif du parti dirigé par Marine Le Pen pour le prochain scrutin en mars 2020 sera de « réinvestir le Capitole », comme le dit Julien Leonardelli, le délégué départemental du Rassemblement National en Haute-Garonne. Et pour remplir cette mission, la commission nationale d’investiture du parti a désigné Quentin Lamotte, un conseiller régional d’Occitanie âgé de 31 ans.

« Si nous regardons tous les scrutins qui ont eu lieu depuis 2014, nous avons franchi à chaque fois le seuil des voix nécessaire pour être présent au second tour à Toulouse, lors des élections municipales », explique celui qui sera pour la première fois candidat à ce scrutin, après avoir été mandataire financier pour son parti lors de la campagne pour les élections municipales en 2014, au cours de laquelle le RN avait obtenu 8,15 % des voix.

Néanmoins, selon notre sondage exclusif BVA-La Tribune, le parti stagnerait à Toulouse si l’élection avait lieu aujourd’hui, en récoltant « seulement » 9 % des voix, dans le cas où LREM soutenait le maire sortant, Jean-Luc Moudenc, et ne présentait donc pas de liste en mars 2020. Selon l’édition du Canard Enchaîné du 26 juin, c’est le scénario vers lequel on se dirige pour la Ville rose puisque l’hebdomadaire satirique annonce que le parti d’Emmanuel Macron officialisera son soutien au maire actuel vers la mi-juillet.

Lire aussi : Municipales : LREM prête à soutenir Jean-Luc Moudenc à Toulouse ?

« Si Jean-Luc Moudenc récupère l’investiture de La République En Marche, nous serons alors la seule liste qui occupera l’aile droite dans neuf mois. Par conséquent, nous devons aller parler à cette droite des valeurs, mais aussi parler à l’ensemble des Toulousains victimes de problèmes d’insécurité et c’est de cette manière que nous ferons un bon score à Toulouse », ajoute Quentin Lamotte.

Un lancement de campagne en septembre

Pour ce faire, le jeune candidat a déjà mis en place une stratégie d’élaboration d’un programme afin que celui-ci soit « ultra-local et le plus complet possible ». Dans chaque quartier de Toulouse, Quentin Lamotte a nommé un référent.

« Je les ai chargés de relever les problématiques pour chacun de leur quartier, de participer aux réunions publiques sur leur territoire qui sont aussi des lieux de débats et d’animer le réseau de militants. Ces personnes, que nous présenterons ultérieurement, seront autour de moi lors de la campagne pour apporter cette vision de tous les quartiers de Toulouse ».

Même s’il est trop tôt pour définir un programme, Quentin Lamotte, qui voit la future troisième ligne de métro comme une bonne réponse à ses problèmes de mobilité, a déjà une idée de la vision qu’il souhaite porter pour Toulouse.

 « Il faut améliorer la propreté, mettre fin aux camps de migrants dans la ville et mettre fin aux problèmes d’insécurité. Nous pensons qu’il y a également quelque chose à faire au niveau du stationnement, de l’identité culturelle de la ville et surtout de l’urbanisme. Quand on voit le nouveau quartier de Montaudran, c’est très moche et cela n’a rien de toulousain ».

Désormais, Quentin Lamotte compte bien présenter un programme plus fourni au cours du mois de septembre, quand il lancera pleinement sa campagne, mais aussi le « noyau dur » de sa liste.

Lire l’intégralité de l’article sur « La Tribune ».