Résultats de la Grande Enquête Municipale à Toulouse

Le Rassemblement Toulousain a réalisé cette enquête du 15 septembre au 30 novembre 2019.

L’enquête a été mise à disposition sur le site rassemblement-toulousain.fr, diffusée par mail et par courrier auprès des Toulousains, 1076 résidents de Toulouse nous ont répondu. Ces résultats sont représentatifs des réponses obtenues et n’ont donc pas valeur de sondage.

▪ Sécurité
▪ Urbanisme
▪ Circulation et transports
▪ Propreté, environnement et espaces verts
▪ Impôts locaux
▪ Scolarité et petite enfance
▪ Social, vie associative et culturelle

Découvrez les résultats de notre grande enquête des Toulousains en cliquant ici !

Dossier spécial transports à Toulouse : Quentin Lamotte présente sa vision et ses solutions !

Toulouse décroche le triste palmarès de la 2ème ville de France la plus embouteillée aux heures de pointe après Paris. Ce résultat est la conséquence du phénomène d’hyper-métropolisation ainsi que de l’absence d’une vision à long terme Nous proposons un changement radical d’approche en raisonnant au niveau métropolitain en ce qui concerne le métro avec la prolongation des lignes A et B sur des communes de la métropole (Tournefeuille, L’Union, Aucamville notamment). Nous proposons également d’optimiser l’effet de réseau en connectant enfin l’aéroport de Toulouse-Blagnac à la gare Matabiau par le prolongement de la ligne de tramway T2 du terminus actuel de Palais de Justice jusqu’à la gare. En effet, comment le futur quartier d’affaires de Matabiau fonctionnerait sans une connexion directe avec l’aéroport ? Enfin, nous soutenons le projet de RER Toulousain pour relier les villes de l’aire urbaine à Toulouse afin d’offrir une desserte régulière et rapide aux heures de pointes.

  • Créer un réseau de métro véritablement « métropolitain », en prolongeant les lignes A et B aux différentes communes de la Métropole :
    > Prolongement de la ligne A sur les communes de l’Union et Tournefeuille.
    > Prolongement de la ligne B sur la commune d’Aucamville en complément du prolongement en projet vers Labège.
  • Optimiser l’effet de réseau en créant le Tramway Aéroport Gare (TAG) qui reliera l’aéroport de Toulouse-Blagnac à la gare Matabiau en prolongeant la ligne de tramway T2 de la station Palais de Justice à la gare. Les Toulousains pourront enfin bénéficier d’une ligne directe entre l’aéroport et la gare. Nous réaliserons la couverture des voies ferroviaires SNCF entre l’avenue Camille Pujol et la gare Matabiau afin de faire passer le tramway en site propre.
  • Améliorer l’interconnexion du réseau de pistes cyclables et installer des panneaux de signalisation propres aux cyclistes pour développer et sécuriser davantage ce réseau. Nous serons aussi vigilants à ce que les cyclistes respectent le code de la route au même titre que les autres usagers. Certains comportements irresponsables qui mettent en danger la vie des piétons et celle des cyclistes eux-mêmes doivent prendre fin.
  • Équiper les places de stationnement aérien de capteurs afin de développer une application permettant aux automobilistes de connaître les emplacements libres pour limiter les trajets inutiles, dus aux recherches de places, qui engorgent la circulation.
  • Soutenir le projet du RER toulousain en réalisant ce qui peut être fait compte tenu des lignes existantes et en intégrant cette ambition dans les infrastructures de demain. notamment avec l’arrivée de la LGV pour développer un véritable réseau autour de Toulouse.

Municipales 2020 : entretien de Quentin Lamotte avec Vià Occitanie

Quentin LAMOTTE, candidat du Rassemblement National aux prochaines élections municipales de mars 2020 à Toulouse, conduira la liste « Rassemblement Toulousain ». Il est le plus jeune candidat déclaré à ce jour et prône plus de fermeté en matière de sécurité dans la ville rose. Il se positionne également pour moins d’excès en matière d’écologie, tout en proposant un prolongement de la ligne de tramway jusqu’à la gare Matabiau. A quelques semaines des élections municipales, il a répondu aux questions de Vià Occitanie. Entretien à découvrir en cliquant ICI.

Quentin Lamotte propose le TAG, un projet pour l’urbanisme et les transports !

Ce mardi 10 décembre, Quentin Lamotte, candidat à la mairie de Toulouse pour le Rassemblement National, a tenu une conférence de presse, lors de laquelle il a dévoilé une à une ses propositions en matière d’urbanisme et de transports.

Avec notre projet de TAG (Tramway-Aéroport-Gare), nous ambitionnons de résoudre trois problématiques majeures à Toulouse :

  • La coupure physique entre les quartiers Marengo, Terre-Cabade, Guilhemery et le centre ville.
  • L’absence de connexion du tramway au nœud modal central de Toulouse qu’est la gare Matabiau.
  • L’absence de ligne directe (sans rupture de charge) entre la gare Matabiau et l’aéroport Toulouse Blagnac.

Il se décompose en deux phases :

  • 1 ère phase : couverture des tranchées ferroviaires entre la gare Matabiau et l’avenue Camille Pujol.
  • 2 nde phase : prolongation de la ligne T2 de la station Palais de Justice à la gare Matabiau en empruntant les voies recouvertes.

Le bon sens est au cœur de notre projet en matière d’urbanisme et de transports à Toulouse. Il est également structurant :

  • Un projet qui rend de l’espace aux Toulousains : le projet TAG permettra de récupérer plus de 3 ha de terrain en plein cœur de Toulouse.
  • Un projet réparateur : ce projet permettra de gommer l’effet de coupure induit par les tranchées ferroviaires pour connecter les quartiers résidentiels au centre ville.
  • Un projet cohérent : ce projet sera réalisé en adéquation avec les différents projets de mise en valeur du centre gare (projet TES, future tour Occitanie).
  • Un projet écologique : les parcelles rendues aux Toulousains accueilleront des parcs et des transports écologiques (tramway en site propre et pistes cyclables)
  • Un projet respectueux des finances publiques : ce projet sera phasable et sa réalisation pourra être étalée dans le temps. Il entraînera peu de charges de fonctionnement qui, par nature, grèvent les finances publiques.

Pour en savoir plus sur notre projet de TAG, téléchargez notre présentation détaillée en cliquant ici.

Dossier spécial affaires scolaires à Toulouse : Quentin Lamotte présente sa vision et ses solutions !

Les statistiques récentes traduisent une dégradation continue du niveau scolaire de notre pays, notamment en matière de maîtrise de la langue. Nous lutterons contre le décrochage et l’échec scolaires. Pour ce faire, Quentin Lamotte, candidat du Rassemblement National aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020 propose de :

  • Créer un service de soutien scolaire dans les enseignements fondamentaux. Nous offrirons un véritable soutien aux élèves, sur le temps périscolaire et par des professionnels rémunérés, en renforcement du CLAS.
  • Lutter contre la marginalisation d’une partie de la jeunesse toulousaine en responsabilisant les premiers acteurs de l’éducation : les parents. La mairie fournit de nombreuses aides à la parentalité, sans pour autant exiger une implication maximale. Nous signalerons chaque défaillance de l’exercice de l’autorité parentale aux services de protection de l’enfance et judiciaires compétents. Nous ferons sanctionner les défaillances éducatives manifestes et volontaires, nuisibles au développement social et moral de l’enfant.

Quentin Lamotte, interpelle Jean-Luc Moudenc concernant le projet de désacralisation de la crypte de l’église Saint-Aubin

Quentin Lamotte dit NON au projet de Jean-Luc Moudenc concernant la crypte de l'église Saint-Aubin de Toulouse

🎥 J'interpelle M. Moudenc sur son projet de désacralisation de la crypte de l'église Saint-Aubin à Toulouse, pour y installer une cité des starts-up. Pour le Rassemblement National, c'est NON ! Alors que les actes anti-chrétiens explosent en France, défendons notre patrimoine !

Publiée par Quentin Lamotte sur Mercredi 13 novembre 2019

Quentin Lamotte, candidat du Rassemblement National aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020 à Toulouse, interpelle M. Moudenc concernant le projet de désacralisation de la crypte de l’église Saint-Aubin. Pour nous, c’est NON ! Il y a urgence à défendre pied à pied le patrimoine des Toulousains !

Le projet de réhabilitation de la crypte d’une église par un promoteur fait polémique !

Dans le cadre de « Dessine-moi Toulouse », un concours lancé par la Métropole, le promoteur Icade prévoit de réhabiliter la crypte de Saint-Aubin. Son projet ne fait pas consensus.

« Jean-Luc Moudenc fait revenir les marchands du temple ». Candidat aux élections municipales à Toulouse, sous l’étiquette du Rassemblement NationalQuentin Lamotte demande un référendum local sur le devenir de la crypte de Saint-Aubin. Ce lieu avait fait l’objet d’un concours lancé par la Métropole dans le cadre de « Dessine-moi Toulouse ». Un concours remporté par Icade Promotion avec son projet « Light House ».

Un espace dédié à la création et à la vie de quartier

Le promoteur prévoit de réhabiliter cette crypte de 1800 m2 et d’en faire un espace dédié à la création, au numérique et à la vie de quartier d’ici 2022.

Restaurée en 1952, grâce à l’aide financière des paroissiens, la crypte de Saint-Aubin permettait par le passé d’accueillir diverses activités : associations caritatives, catéchisme, scoutisme, réunions paroissiales…

Depuis le début des années 2000, elle était fermée au public pour des raisons de sécurité

« Et demain que proposera-t-il ? La construction d’un fast-food dans la nef ? »

Le candidat Quentin Lamotte entend stopper aujourd’hui les avancées d’un projet qu’il juge « mercantile » :

Ce projet, en désacralisant la crypte, nie le caractère religieux et sacré de l’église Saint-Aubin et soumet un lieu de culte à l’idéologie du tout marchand et du tout économique. Aujourd’hui M. Moudenc veut transformer la crypte en cité des start-up et demain que proposera-t-il ? La construction d’un fast-food dans la nef ?

Une pétition est en ligne

L’homme politique rappelle que le site est lié au catholicisme depuis 1262. La crypte a « toujours été dédiée au culte sauf durant l’Occupation allemande ou elle a été transformée en dépôt d’armes et en hôpital », souligne Quentin Lamotte. Le candidat du Rassemblement National n’est pas le seul à s’opposer au projet. Une pétition pour « Sauver l’église Saint-Aubin », actuellement en ligne, évoque une pression de la part du promoteur pour désacraliser l’endroit :

Alors que la municipalité s’était engagée à achever les travaux de mise en sécurité du lieu entrepris ces dernières années pour permettre aux paroissiens de réintégrer les lieux, le promoteur Icade soumet l’archevêché à une pression médiatique considérable depuis plusieurs mois dans le seul but d’obtenir la désacralisation de l’église pour y créer un projet commercial nommé Light House.

Une loi protectrice

La loi de 1905 a attribué aux communes la propriété des églises paroissiales alors existantes, à charge pour elles de les entretenir. Contacté par Actu Toulouse, l’abbé Simon d’Artigue, curé de la paroisse Saint-Aubin, tient à rassurer ses paroissiens. Il rappelle le statut juridique de ce bâtiment. L’affectation au culte est « gratuite, permanente et perpétuelle ». Selon le prêtre toulousain, l’archevêque de Toulouse, Monseigneur Robert Le Gall, n’a pas l’intention d’abandonner cette affectation au culte, ne voulant pas faire de Saint-Aubin un précédent en France. 

Une question juridique

Dans cette affaire, l’Église craint un précédent : la crypte aujourd’hui, pourquoi pas l’église demain. Le sujet aurait d’ailleurs été abordé lors de l’assemblée plénière d’automne de la Conférence des évêques de France, réunie à Lourdes.

« L’archevêque de Toulouse est à la recherche d’une solution », confie Jean-Luc Moudenc. Ce dernier souhaite que le diocèse fasse connaître ses besoins, les concrétise dans l’espace. L’affectation au culte pourrait ainsi être reformulée si nécessaire, dans l’espace jugé nécessaire par la paroisse. « Le débat est de savoir si l’on peut circonscrire ».

Le risque ? Un statu quo

Mais si, in fine, la position ecclésiale consistait à maintenir l’affectation au culte sur les 1 800 m2 de crypte, le projet serait caduc. Le maire de Toulouse en est conscient :

À ce moment là, effectivement, cela empêche la réalisation du projet. Mais ce serait d’une inutilité totale, car la paroisse n’utilise pas la crypte. On aura un statu quo. L’Église ne gagnera rien à cela, si ce n’est une image de fermeture.

Outre la crainte d’un précédent pour l’Église, demeure une question juridique. L’investisseur, à savoir le promoteur Icade, doit avoir des garanties (des droits réels) pour obtenir le financement nécessaire au projet. Un cabinet notarial est en train de travailler sur le sujet.

« Un climat constructif »

Laurent Nicolas, directeur régional pour Icade Promotion, confirme à Actu Toulouse l’avancée du projet :

Nous sommes dans une dynamique pour faire avancer le projet. Il y évidemment comme dans tout projet des points de calage à faire avec le diocèse et avec la ville. Le dernier rendez-vous que nous avons pu avoir avec les paroissiens et le curé s’est déroulé dans un climat constructif. Nous avons répondu aux interrogations des paroissiens. Nous avons montré ce que pouvait apporter ce projet à la paroisse mais aussi au quartier dans son ensemble, pour les associations, pour l’école…   

La question doit encore être tranchée

En revanche, Laurent Nicolas confirme l’analyse du maire de Toulouse concernant l’affectation de la crypte :

C’est en effet une question dans le montage juridique. Il faudra trouver le modèle le plus adapté pour que chacun y trouve son compte. Aujourd’hui, dans le modèle économique, la question de la désaffectation de la crypte doit être tranchée. La désaffectation doit être effective pour permettre une activité autre que celle qui était prévue initialement dans la crypte. Bien évidemment, l’église n’est pas concernée.

La mairie restera propriétaire de la crypte, sous la forme d’un bail emphytéotique signé avec le promoteur Icade. Mais demeure encore une question : que se passera-t-il à la fin du bail emphytéotique ?

Lire l’intégralité de l’article rédigé par Hugues-Olivier Dumez sur Actu Toulouse.